Support technique pour les industries de breuvages alcoolisées et non alcoolisées : • Procédé et conditionnement des breuvages • Équipements requis pour les procédés • Résolution de problèmes techniques au niveau des procédés (audits et recommandations) • Démarrage des opérations • Audits microbiologiques • Implantation d’un programme qualité • Implantation HACCP • Optimisation du procédé (efficience opérationnel) • Réduction des pertes de procédé (non qualité) • Consultation au niveau de la configuration des équipements dans l’entreprise RÉALISATIONS SIGNIFICATIVES : Récipiendaire du trophée honorifique de partenaire essentiel au Gala Reconnaissance 2014 de l‘Association des Microbrasseurs du Québec. Démarrage d’une entreprise de consultation, d’éducation et de formulation soit CarMic Consultation inc. Démarrage d’une entreprise soit Les Laboratoires Maska inc. À Saint-Hyacinthe. Cette entreprise était la seule au Canada pouvant donner un service complet aux entreprises de fermentation alcoolique et non alcoolique. Conseiller technique pour le MAPAQ, Agriconseil, AMBQ et CNRC. Démarrage avec succès de plus de 90 microbrasseries et bistro-bars. Les réalisations se résument ainsi : Procédures d’opérations décrivant les points critiques du procédé. Programme concis de la qualité avec spécifications et tolérances. Programme de nettoyage et d’assainissement. Amélioration ou modifications des équipements afin d’optimiser le rendement et la qualité. Formulation de plus de 100 recettes de bière, de cidre, de jus, d’alcomalt, de breuvages naturels, énergétiques, de kombucha, de kéfir et de breuvages nutritionnels. Directeur technique et conseiller industriel pour une brasserie d’un million d’hectolitres à Panama (amélioration des recettes afin d’améliorer la stabilité organoleptique de 3 marques de bière, diminution des coûts par l’implantation de nouvelles technologies, implantation d’un programme structuré d’analyses sensorielles, élaboration de nouvelles recettes de bière aux attributs particuliers de stabilité et diminution des rejets et des pertes. Supports techniques pour plusieurs microbrasseries et bistro-bars au Canada, aux États-Unis, en Suisse, en Amérique central, en Amérique du sud et aux Caraïbes (élimination de sources de contamination, élimination des sources d’oxydation, amélioration des recettes ou du procédé afin d’améliorer la stabilité physique et organoleptique de la bière, diminution des pertes, amélioration de la productivité, instauration de procédures opérationnelles et de programme qualité). Conception, formation et implantation d’un programme qualité en conjonction avec le MAPAQ pour l’Association des microbrasseurs du Québec. (co-rédacteur du document Programme de qualité, formateur et coaching pour implantation dans chacune des microbrasseries membres de l’association) Implantation d’un programme d’encadrement qualité chez plusieurs cidriculteurs et hydromelliers (cours de formation sur l’élaboration d’un programme de qualité et sur les points critiques tels les casses physiques et microbiologiques, diagnostique technique de chaque entreprise, plan d’action d’intégration incluant les spécifications et tolérances du procédé en plus des points critiques) Implantation d’un programme GMP et HACCP pour une usine de fabrication de jujubes vitaminées (préalables, procédures opérationnelles standardisées, formation GMP et HACCP, registres, etc.) Augmentation du rendement de brassage de 95 à 98% à la Brasserie Labatt de Toronto (150,000 $ annuellement) en développant un cours multidisciplinaire avec les employés de la brasserie afin de travailler ensemble à résoudre les problèmes et améliorer les résultats de rendement et de qualité de la bière (résolution des problèmes reliés aux goûts indésirables dans la bière de cette brasserie Initiateur du comité zéro-perte chez Labatt. Réduire les pertes anticipées de 7%- 10%  à 4 %- 5 %. Suite à la méthode du Processus d’amélioration continue, objectif atteint en deux mois ; économie de 75 000 $ ; Précision de la méthodologie du calcul de la prédiction du % d’alcool à partir de la recette. Le pourcentage de l’erreur courante a été réduit de 2%- 3% à zéro. Il y a donc correction budgétaire d’environ 300 000 $ ; Utilisation plus efficace de la main-d’œuvre : économie de quatre opérateurs et un électricien et augmentation de la production de 33 à 44 hectolitres / homme-heure.